Traitement en cours, merci de patienter...
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Image
Image
Saut de ligne
 
Saut de ligne
Image
Saut de ligne
Commandement

Saut de ligne

L’entraînement interarmes en montagne au sein de la 27e BIM

Image

Par le CBA VERDINO Eric

Image

La diversité des milieux naturels caractérise les zones d’opération militaire. Contraintes de composer avec l’environnement, les forces armées doivent prendre en compte toutes les spécificités de ce dernier. Les massifs montagneux constituent l’un des milieux les plus hostiles aux militaires, il n’en demeure pas moins celui privilégié pour la 27e brigade d’infanterie de montagne (27e BIM). Aussi, dans le contexte actuel, notamment au vu des opérations récentes en Afghanistan ou au Mali penser la montagne par un prisme interarmes est un impératif tactique.

Image
Image

La montagne est un milieu qu’il est difficile de conceptualiser, tant sa physionomie peut varier selon les régions ou les saisons (relief plus ou moins accidenté, quantité de l’enneigement, terrain glaciaire, etc.). Il est cependant possible den dégager trois caractéristiques génériques majeures dimensionnantes pour la manœuvre :

Ø   des espaces lacunaires difficiles daccès et souvent très élevés, véritables sas pour les belligérants, à partir desquels ils exercent leur menace et qui leur permettent

également des bascules deffort en toute discrétion ;

Ø des axes en nombre limité, cadencés par des points de passages obligés incontournables, véritables cordons ombilicaux des belligérants dont le contrôle détermine souvent l’issue dun combat ;

Ø   un cloisonnement du relief qui impose une articulation interarmes dès le départ de

l’action.

Ces trois contraintes nous dictent naturellement notre manière de nous préparer à la guerre dans ce milieu si spécifique. Lentraînement interarmes qui en découle repose avant tout sur la formation individuelle, clé de voute incontournable dont dépend la compétence collective des unités. Au cours dune carrière, formations individuelles et collectives interagissent et se fécondent mutuellement.

 

La préparation opérationnelle individuelle au sein de la brigade vise principalement à :

 

Ø   atteindre un niveau   physique et rustique suffisant   pour combattre et  durer en montagne ;

Ø   acquérir l’aisance technique spécifique à notre terrain dentraînement  privilégié.

 

Tout dabord, il est indispensable de posséder les fondamentaux pour décider et commander sereinement dans un milieu hostile. Cela impose de maintenir un seuil physique minimal pour pouvoir évoluer en toute sérénité dans un milieu particulièrement exigeant. Ce domaine dévolution nécessite des combattants qui népuisent pas leur potentiel avant même davoir combattu. Lentraînement et l’aguerrissement permettent de disposer, le moment venu, de soldats et de chefs qui, plutôt que de subir un milieu inconnu, vont chercher à anticiper ses contraintes pour en faire un atout. Le port régulier de charges lourdes, la vie en montagne et l’entraînement fréquent au dénivelé concourent, au coté de fondamentaux plus classiques (tir, etc.) à cet objectif. Dans ce domaine, la réalisation des contrôles hivernaux des sections s’inscrivant dans le cadre du parcours normé montagne offre un exemple intéressant de synthèse des capacités fondamentales (stationner, se déplacer, tirer, secourir et durer dans le milieu, etc.). Les différentes sections de la brigade effectuent à cette occasion un exercice dévaluation hivernal en autonomie pour restituer les savoir-faire spécifiques nécessaires à une unité combattant en montagne.

 

Ensuite, une trame de compétences particulières forme l’ossature technique sur laquelle sappuie la spécialisation des unités montagne. Cette trame garantit :

Ø   l’autonomie  des  unités  engagées  sur  le  terrain,  par  la  formation  individuelle  et

permanente à tous les niveaux, du chef de corps au combattant. Doublée dune


formation collective itérative, cette trame fournit à chaque soldat de montagne   les

compétences techniques dont il a besoin et qu’il doit entretenir au quotidien ;

Ø   la sécurité des activités dans les phases de conception et de suivi (rôle de conseil des cellules de sécurité montagne).

 

A cet effet, l’école militaire de haute montagne (EMHM) joue un rôle essentiel dans la formation technique et  l’instruction des cadres de la brigade. Pour le jeune cadre de contact il sagit, après une phase dapprentissage de savoir-faire individuels  de pouvoir conduire un détachement de manière autonome en montagne. Creuset interarmes dune formation montagne qui sétire sur l’ensemble dune carrière, les stages à l’EMHM favorisent un véritable échange entre les cadres des différents corps de la brigade, tissant  ainsi des liens essentiels pour les missions futures. La cohésion dans l’effort et face au vide permet de créer une saine émulation entre   chefs ou futur chefs quelle que soit leur arme dappartenance. Déclinée au niveau de chaque corps de la brigade par un bureau spécifique dit  « montagne »,  le  même  principe  de  formation    interne  sapplique    aux  soldats  de montagne.

Une fois acquises,  ces compétences permettent l’instruction collective et la préparation

opérationnelle interarmes facilitées par le regroupement des unités de la brigade dans notre terrain spécifique.

 

La préparation opérationnelle collective au sein de la 27e BIM est dictée par le milieu. Lapprentissage du combat interarmes y est une évidence, compte tenu du cloisonnement, des distances et des altitudes rencontrées, cest là tout son intérêt en vue de l’engagement opérationnel. La préparation opérationnelle des unités de la 27e  BIM est donc jalonnée de partenariats, de manœuvres ou dexercices systématiquement interarmes dont on retiendra les plus emblématiques :

 

Ø  La coopération groupement commando montagne (GCM) /groupement militaire de haute montagne (GMHM) qui permet une transmission de l’expertise technique de l’unité de référence de l’armée de Terre en milieu difficile vers le GCM pour une application tactique lors de missions spécifiques. Fort de son expérience acquise au cours de nombreuses expéditions en milieux extrêmes, le GMHM sattache à transmettre aux commandos de montagne les différentes techniques de survie, de déplacement et de franchissement par grand froid. C’est dans un cadre périlleux et extrêmement exigeant que les militaires du GCM ont pu mettre en œuvre les différentes méthodes de survie, de déplacement et certaines techniques de franchissement. Cet entraînement technique de haut niveau savère indispensable pour sapproprier et conserver des savoirs faire extrêmes utiles à lengagement opérationnel spécifique à la 27e BIM.

Dans le prolongement de ce partenariat, le GCM participe à l’exercice COLD RESPONSE en Norvège l’intégration du GCM au sein dune unité ISTAR1 de type OTAN permet de faire évoluer cette unité dans un contexte particulièrement réaliste où  elle  peut  éprouver  une  grande  partie  de ses  capacités  et réaliser  ainsi  une synthèse tactique de ses compétences. Le GCM est une unité interarmes par excellence avec une intégration poussée comme en témoigne sa participation à la mission IMEX2 sur les différents théâtres dopérations.

Enfin, un exercice annuel réali au Groenland entre le GMHM et le GCM permet de maîtriser  les  savoir-faire  tactiques  relatifs  au  franchissement  en  zone  difficile  et polaire.

 

 

 

 

 

1 Renseignement, surveillance, acquisition de cible et reconnaissance

2 Extraction des équipages daéronefs abattus en zone hostile


Ø   Lexercice  CERCES,  manœuvre  à  tir  réel  en  milieu  montagneux  en  condition hivernale  constitue  une  synthèse  de  préparation  des  unités  de  la  brigade. L’intégration des appuis 3D ainsi que la capacité douverture d’itinéraire par le Génie y sont indispensables.

Lartillerie de lavant avec la présence jusquau niveau des unités élémentaires voire des sections de combat de détachements artillerie pour guider et coordonner les tirs indirects daéronefs ou des canons est capitale pour le succès de la mission. Le 93e régiment dartillerie de montagne (93e  RAM) possède des équipes dobservation de l’avant capables de renseigner au plus près pour appliquer des feux précis. La spécificité de la 3D dans un terrain compartimenté et cloison est indispensable pour prendre l’ascendant sur l’adversaire. C’est pourquoi l’appui des hélicoptères dattaque ou des aéronefs à voilure fixe est systématiquement intégré à l’exercice pour une optimisation de la manœuvre. La capacité sol-air est également  en cours dévolution   avec le test de matériels spécifiques pour optimiser cette nouvelle compétence au sein du 93e RAM.

La particularité du terrain dengagement nécessite également des capacités particulières détenues par le 2e régiment étranger de génie (2e REG) avec l’ouverture d’itinéraire en milieu montagneux et la sécurisation de zone dangereuse par le déclenchement davalanches pour garantir la sécurité de la troupe. Lutilisation du véhicule à haute mobilité (VHM) trouve ici toute sa plénitude. Ce véhicule chenillé permet  la  mise  en  place  au  plus  près  de  l’adversaire  des  unités  débarquées (infanterie et génie), préservant ainsi la capacité à combattre des soldats tout en garantissant une possibilité dappui au plus près.

La   brigade   dispose   également   dune   compagnie   de   commandement   et   de transmission de montagne, avec en particulier une section « points hauts » capable de mettre en œuvre des relais isolés en montagne pour assurer une couverture radio de la zone daction particulièrement compartimentée et permettre la continuité du commandement.

 

 

Brigade dengagement durgence de l’armée de Terre, la 27e BIM remplit les missions communes à toutes les brigades interarmes mais possède en plus une véritable capacité à intervenir dans tout massif montagneux et par grand froid. Sa préparation opérationnelle sappuie sur un terrain qui   favorise l’apprentissage du combat interarmes, pour peu qu’individuellement le soldat de montagne soit entraî à y vivre, à y durer et sy déplacer. Au-delà  de  son  domaine  de  prédilection,  cette  compétence  confère  à  la  27e   BIM  une capacité immédiate à intervenir dans tout type de terrain difficile, comme dans des conditions extrêmes, en ambiance interarmes et interarmées.

Image
Image