Traitement en cours, merci de patienter...
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Image
Image
Saut de ligne
 
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Image
Image
Saut de ligne
Histoire et Stratégies

Image
Saut de ligne

La bataille d’Antietam - 17 septembre 1862

Image

Guerre de Sécession (1861-1865)

Image

En septembre 1862, à la suite de la seconde bataille du Bull Run, les autorités sudistes changèrent de stratégie. Abandonnant l'idée du combat pour sa seule défense, la Confédération décida de porter la guerre en territoire nordiste et, plus spécialement, dans l'état frontalier du Maryland

Image
Image
Etat du Maryland, près de la rivière ANTIETAM

Nordistes - MCCELLAN : 87 000 présents dont ont été 60000 engagés
Sudistes – Lee: 45000 présents, tous engagés dans la bataille

CONTEXTE GENERAL :
En septembre 1862, à la suite de la seconde bataille du Bull Run, les autorités sudistes changèrent de stratégie. Abandonnant l'idée du combat pour sa seule défense, la Confédération décida de porter la guerre en territoire nordiste et, plus spécialement, dans l'état frontalier du Maryland.
Cette invasion pouvait présenter plusieurs avantages :
  • le Maryland, dont la population était proche culturellement de celle des Etats du Sud, pourrait peut- être se rallier à la Confédération
  • se voyant envahi, le Nord, dont le moral était au plus bas, serait peut être contraint à demander la paix
  • dans le cas d'une importante victoire confédérée en territoire nordiste, on pouvait supposer que certaines puissances européennes reconnaitraient la cause sudiste comme légitime
  • pratiquement, l'intendance confédérée, peu performante, pourrait se fournir sur un riche territoire, jusque là épargné par les destructions.

L'armée sudiste entama l'invasion du Nord le 5 septembre 1862 en franchissant le Potomac à Leechburg. Rassuré par sa supériorité numérique, le général nordiste MCCELLAN réagit mais avec trop de prudence, laissant s’échapper les corps d’armée sudistes qui purent se rassembler à l’abri du petit ruisseau d’ANTIETAM (ANTIETAM creek). Au début de la bataille, Lee ne disposait que de 2/3 de ses forces. Les forces du général Jackson, qui venaient de s’emparer d’Harper Ferry, rejoignaient Lee à marche forcée. Elles allaient être décisives dans cette bataille qui fut l’une des plus meurtrières.

DISPOSITIF DE MARCHE :

MCCELLAN se décida à entamer les hostilités le 17 septembre.

A cette date, les forces de Lee, censées compter 45.000 combattants mais limitées à
30.000 hommes au début de l'engagement, étaient disposées en arc de cercle autour de Sharpsburg, sur un front d'environ 5 kilomètres. La droite et le centre étaient tenus par le corps de Longstreet renforcé de la division de D.H. Hill; la gauche était tenue par le corps de Jackson renforcé de la cavalerie de Stuart.

Dans le camp nordiste, MCCELLAN disposait de 60.000 hommes et en attendaient
12.000 de renfort dans la matinée. Avec d'autres troupes plus éloignées, il pouvait espérer disposer d'un maximum de 87.000 soldats, soit d'une supériorité de deux
contre un. Il disposait également d'une forte artillerie, d'une puissance de feu incomparablement plus puissante que celle des Sudistes.

Sur l'aile droite nordiste, deux corps d'armées, ceux des généraux Hooker et Mansfield, étaient parvenus à franchir l'ANTIETAM Creek et menaçaient la gauche sudiste. Le centre et la gauche nordiste se trouvaient à l'Est de l'ANTIETAM Creek et étaient composés du corps de général Sumner (en attente d'être renforcé par celui de Franklin) et, à gauche face à un pont surplombant le ruisseau, de celui du général Bunrside. MCCELLAN avait pu se permettre le luxe de maintenir un corps entier, celui du général Porter, en réserve.

Le plan de MCCELLAN prévoyait de lancer une attaque importante contre la gauche sudiste et une attaque de diversion contre la droite. Lorsque les forces de Lee auraient été assez usées, il aurait déclenché l'attaque décisive au centre, en faisant intervenir toutes les réserves.
Image
DEROULEMENT DE LA BATAILLE :

Temps 1 : échec de la tentative d’enveloppement nordiste au nord (6h00-13h00)
Comme prévu, les premiers combats eurent lieu au Nord où, à l'aube, les forces nordistes de Hooker chargèrent les troupes de Jackson à hauteur d'un champ de maïs (depuis lors baptisé "Corn Field") situé entre deux bois. Le but de Hooker était de s'emparer de la petite église de Dunker (Dunker Church) située sur une colline juste en retrait des premières lignes sudistes.

L'assaut de l'Union fut vite enrayé par les troupes de Jackson qui, au prix de lourdes pertes dans les deux camps, parvinrent à contre-attaquer jusqu'à refouler les Nordistes sur leurs positions de départ. Tandis que le corps nordiste de Hooker prenait du repos, celui de Mansfield, situé juste à sa gauche, prit le relais et attaqua dans le même secteur. Jackson dut faire appel au soutien de la division D.H. Hill pour faire face au nouvel assaut de troupes fraîches et, pendant une heure et demie, les deux adversaires s'épuisèrent en attaques et contre-attaques. Aucun adversaire ne parvint à prendre l'ascendant et le général nordiste Mansfield perdit la vie durant les combats.

Après ces durs combats, survint une pause d'une vingtaine de minutes que les Nordistes mirent à profit pour faire franchir l'ANTIETAM Creek au corps de renfort de Sumner, parvenu sur place. Les Fédéraux tentèrent de prendre les positions de Jackson de flanc en poussant vers Corn Field à partir des rives de l'ANTIETAM. Jackson, n'ayant pas dit son dernier mot, organisa une embuscade dans laquelle tomba la division nordiste du général Sedgwick. En moins de 20 minutes, celle-ci laissa la moitié de ses effectifs sur le terrain et le reste prit la fuite sans demander son reste.

Sumner ne renonça pas et envoya une autre de ses divisions, celle du général French, toujours selon un axe Est-Ouest mais un peu plus au sud, et ce vers 10h00 du matin. Dans ce secteur, les Sudistes occupaient une excellente position défensive dans un chemin creux passé à la postérité sous le nom de Sunken Road. De violents combats s'y déroulèrent jusqu'à 12h30, moment où les Nordistes parvinrent enfin à prendre la position. Saignés à blanc, les Fédéraux prirent le contrôle du chemin tandis que les Confédérés, en aussi mauvais état, se replièrent vers une autre position défensive, 600 mètres plus loin.

Temps 2 : Relance de l’attaque nordiste au sud (13h00-16h00)
Les combats se déplacèrent alors vers l'aile gauche nordiste où, dans le courant de la matinée, le général BURNSIDE avait échoué à deux reprises dans sa tentative de conquête du pont surplombant le ruisseau ANTIETAM. Vers 13h00, BURNSIDE lança un troisième assaut, avec 11.000 hommes, dans l'espoir de franchir l'ouvrage malgré la présence d'une poignée de Sudistes (environ 550 combattants) occupant les hauteurs situées à l'Ouest du pont et surplombant celui-ci d'environ 30 mètres. Durant trois heures, les Sudistes, à l'abri des arbres, avaient pu mitrailler à leur aise les assaillants nordistes, pourtant soutenus par de l'artillerie, qui avançaient à quatre de front sur le pont.

Temps 3 : statu quo (16h00-18h00)
Le franchissement de l'ANTIETAM par les forces de BURNSIDE était l'occasion que MCCELLAN avait longtemps attendue afin de pouvoir lancer son attaque décisive au centre.

Face à des forces sudistes exsangues, le commandant en chef nordiste bénéficiait encore de deux corps intacts soutenus par une imposante cavalerie. MCCELLAN hésita, sachant qu'une occasion unique se présentait à lui mais craignant d'engager la totalité de ses forces, même en prenant un risque mineur, face à un adversaire du talent de Lee. Finalement, en dépit d'une occasion inespérée, MCCELLAN fut reprit par sa prudence naturelle et annula l'assaut. Les combats prirent fin graduellement au Nord et au centre mais, au Sud, BURNSIDE s'était remis en mouvement contre les squelettiques effectifs sudistes et les repoussa jusqu'aux limites de Sharpsburg.

Vers 15h00, alors que rien ne semblait plus devoir arrêter la désintégration du flanc droit sudiste, les hommes de BURNSIDE virent surgir sur leur flanc une colonne d'hommes vêtus de bleu qu'ils prirent pour des renforts. Il s'agit en fait de la division sudiste de Ambrose Powell Hill, dernière à revenir d'Harpers Ferry et qui, par nécessité, s'était équipée d'uniformes nordistes neufs trouvés dans la cité. La colonne de Hill pivota et mitrailla le flanc des hommes de BURNSIDE qui, décontenancés, se replièrent rapidement vers les rives de l'ANTIETAM.

BILAN :

La bataille d'ANTIETAM reste connue comme l'une des plus sanglantes de l'histoire des Etats-Unis. MCCELLAN, qui disposait de 87 000 hommes mais n'osa en engager que 60 000, en perdit 12 410 Lee, qui ne disposait que de 45 000 hommes, en perdit 11.172.Inférieur en nombre de moitié, Lee était parvenu à contenir une journée entière une armée supérieure et à lui infliger des pertes plus importantes que ses pertes propres.

ENSEIGNEMENTS TACTIQUES ET DOCTRINAUX :

Concentration des efforts
Adossé au Potomac et manœuvrant au centre, Lee a pu compenser son infériorité numérique en concentrant ses efforts face à l’attaque nordiste afin de pouvoir être à égalité numérique dans chaque combat. Face à lui, MCCELLAN n’a osé engager que 70% de ses troupes dans des attaques non coordonnées. Ainsi, même si cette bataille est considérée comme une défaite pour le général sudiste, ce dernier a perdu moins d’homme et a pu se retirer en bon ordre en direction du Sud.

Prise d’opportunité
Si MCCELLAN avait engagé ses réserves dans une attaque décisive contre le centre sudiste exsangue vers 15h00, le pat finalement obtenu aurait pu se transformer en une victoire décisive, privant le Sud de l’armée de Virginie qui lui permit de continue le combat jusqu’à la bataille finale d’Appomattox le 9 avril 1865.