Traitement en cours, merci de patienter...
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Image
Image
Saut de ligne
 
Saut de ligne
Image
Saut de ligne
Défense et management

Saut de ligne
Image

Le militaire à l'écoute du sociologue? Plaidoyer pour la sociologie militaire

Image

Par le Commandant MICHEL SAGE

Image

Le commandant SAGE milite en faveur d’une plus grande proximité de la sociologie, du sociologue et du chef militaire. À dessein, il remet en question l’hermétisme qui semble caractériser les sciences humaines et sociales pour repositionner la sociologie dans la boîte à outils des décideurs.

Image

En l'an 2000, Pierre Morin et Eric Delavallée, spécialistes de management et enseignants à l'Institut d’administration des entreprises (IAE) de l’université de Paris 1 Panthéon - Sorbonne, publiaient aux Éditions d'Organisation: «Le manager à l'écoute du sociologue».

Cet ouvrage, par ailleurs Grand prix du livre de management et de stratégie, mettait judicieusement au profit du monde de l'entreprise les principaux enseignements de la sociologie, notamment une analyse des organisations. Comme on le sait, les acquis des sciences humaines et sociales sont en effet souvent «récupérés» et instrumentalisés jusque dans des domaines aussi inattendus que le marketing publicitaire, le discours politique ou la formation des cadres. Ce sont notamment ces «récupérateurs» que Pierre Bourdieu fustigea en son temps comme des «ingénieurs sociaux», accusés – non sans mépris – de prostituer pour ainsi dire la sociologie à des fins de domination et surtout, in fine, de profit.

Finaliser utilement dans la pratique les acquis de chercheurs scientifiques semble être parfois ressenti par ces derniers comme une véritable dépossession. Mais, malgré toutes ces polémiques, dans nos sociétés largement médiatisées et numérisées, les connaissances des chercheurs sont à la portée de tous : encore faut-il être attentif à leurs enseignements.

Ainsi, si le manager prend conseil aujourd'hui chez le sociologue, pourquoi le militaire n'aurait-il pas à y gagner, lui aussi, pour parfaire son intelligence du monde, mais aussi pour mieux comprendre son propre environnement socio-professionnel, sa propre institution et donc, par voie de conséquence, pourquoi pas mieux y vivre? Certes, un mur invisible semble parfois séparer les sociologues et le grand public, mais cet obstacle n'est bien souvent qu'une illusion, encore trop souvent entretenue artificiellement par la jalousie exclusive et idéologique de quelques-uns, ainsi que par une certaine pusillanimité intellectuelle des autres.

L'illusion de sciences humaines et sociales sanctuarisées

Un peu dans le même esprit que Bourdieu, mais dans un but sensiblement différent, l'association des anthropologues américains condamnait ainsi à l'automne 2007 le détachement de jeunes chercheurs au plus près des troupes américaines, en tant que «conseillers ethniques», pour mieux comprendre ce que la doctrine militaire américaine nomme le «human terrain» (terrain humain).

Il s'agissait alors de stopper net la compromission de la science à des fins militaires de renseignement, donc des fins politiques, par ailleurs jugées ici ou là contestables. L'argument principal était de ne pas dénaturer le rôle des anthropologues en en faisant des auxiliaires de l'armée, et d'éviter ainsi que les peuples qu'ils étudient ne les soupçonnent d'intentions cachées autres que l'avancée de la science.

Mais on sent bien quel est l'enjeu pour les chercheurs en sciences sociales : dévoiler des mécanismes, mais ne pas laisser n'importe qui utiliser leurs conclusions à des fins propres, ou du moins à des fins que leur conscience n'approuverait pas. Cette illusion de maintenir – au moins partiellement – la science dans une sphère théorique hors de la sphère de la pratique quotidienne des hommes a certainement une source éthique, et c'est honorable. Mais cela reste une illusion. On ne peut «réserver» durablement la science, pas plus qu'on ne peut «réserver» la littérature ou la musique.

Depuis la Première Guerre mondiale, par exemple, on se jura de ne plus utiliser la chimie pour mener les éventuelles guerres suivantes, car le procédé était décidément trop inhumain. Mais, lors de la Seconde Guerre mondiale ce fut pire, car elle alla jusqu'à servir à des massacres organisés de civils ; et l'on sait que, depuis, les armes chimiques, au-delà des conventions de façade, restent une menace réelle et terrifiante dans les conflits d'aujourd'hui et de demain. Pourquoi, sinon, décréter que les techniques nucléaires, bactériologiques et chimiques (NBC) doivent être au coeur de nos réflexions tactiques et de la prospective militaire ? Enfin, comment pouvoir affirmer que les sciences, y compris les sciences humaines et sociales, doivent rester des prés carrés réservés à une aristocratie universitaire, seule autorité intellectuelle légitime apte à délivrer sa connaissance ? Ce patrimoine commun des sciences humaines et sociales est aujourd'hui à la portée de tous, via des revues à grands tirages, comme «Sciences Humaines», des documentaires télévisés et surtout l'Internet, qui fait figure aujourd'hui d'encyclopédie universelle. Diderot aurait-il rêvé mieux que WIKIPEDIA, sinon dans son procédé d'élaboration, au moins dans son extraordinaire diffusion ?

Malgré certaines crispations et certaines réserves du milieu académique, les sciences humaines et sociales, et parmi elles la sociologie, sont donc de plus en plus souvent convoquées par les hommes de décision et d'action de tous les secteurs d'activité.

Notre époque a vu l'avènement du cabinet de conseils, où fourmillent les sociologues. Pourtant, la sociologie laisse encore certains perplexes... À franchement parler, la sociologie passe encore trop souvent auprès du plus grand nombre pour une science complexe, nécessitant beaucoup de références théoriques, qui plus est politiquement très marquée à gauche. Une science subversive, en quelque sorte (même si tous les grands sociologues français ne suivent pas, dans leur système de pensée, que les traces de Durkheim ou Bourdieu, mais aussi celles de Aron ou de Crozier), à laquelle on dénie parfois même le titre de «science», où qu’on range dans des sciences dites «molles».

Cette image de la sociologie est en fait très ambivalente.

Sous des dehors très austères et politisés, la sociologie passionne en fait rapidement, même celui ou celle qui n'a pas forcément un bagage universitaire. C'est qu'elle a souvent pour objet ce que les médias appellent les «phénomènes sociaux», qui ne sont autres que ceux qui sont traités dans les documentaires télévisés aux heures de grande écoute, comme Capital, Droit de savoir, Reportages ou Enquêtes exclusives et bien d'autres émissions qui fleurissent sur la TNT. L'objet de la sociologie est, en réalité, très accessible, très proche de nos préoccupations ; mais la science sociologique elle-même peut l'être aussi. De fait, nul n'a besoin d'être doctorant universitaire pour lire des auteurs très accessibles comme Goffman («Les rites d'interaction»), Sennett («Le travail sans qualités»), Becker («Outsiders») voire même certains ouvrages de Pierre Bourdieu («Questions de sociologie», «Sur la télévision», «Contre-feux» 1 et 2), pourtant souvent réputé ésotérique... Évidemment, chaque auteur défend à mots couverts une thèse ou confirme une hypothèse ; mais reconnaissons qu'il adopte rationnellement une méthode, des arguments et un système théorique qui vont la démontrer. Encore faut-il le lire pour savoir si l'on adopte, même partiellement, ou pas du tout, son point de vue sur une question donnée, et surtout si son argumentation est scientifique, bref, si ce qu'il affirme «tient la route»...

Pourquoi le militaire ne se mettrait-il pas, lui aussi, à l'écoute du sociologue ?

Parallèlement à cet élan de diffusion médiatique et managériale de la fin du siècle dernier, la sociologie militaire s'est relativement développée dans le monde universitaire, et les apports de la sociologie dans nos armées ont déjà été pris en compte depuis une quarantaine d'années.

Mais son image pour les militaires n'a pas toujours été très nette, ni bien comprise. Pour le sens commun, le sociologue qui enquête dans les armées peut facilement être suspecté sinon d'antimilitarisme, au moins de voyeurisme, au pire d'espionnage au profit de la hiérarchie.

De fait, sorti de la guerre d'Algérie, il s'agissait surtout de s'intéresser à la condition militaire, notion apparue somme toute assez récemment. La refonte des règlements et l'aménagement du statut des militaires allaient de pair avec une certaine fonctionnarisation des militaires, qu'il s'agissait de contrôler afin de proscrire définitivement le traumatisme – durable, quoiqu'on en dise – de la sédition du putsch d'Alger.

Plus récemment, les études sociologiques ont permis de suivre des phénomènes sociaux particuliers qui ont profondément modifié le visage de nos armées : la féminisation, la civilianisation, l'intégration des descendants d'immigrés récents, entre autres. Elles ont le mérite également de suivre le moral des troupes à travers un rapport annuel ; mais là encore, il peut sembler décourageant à certains, y compris ceux qui le réalisent, de voir parfois ce moral si mauvais et de voir si peu de considération et de mesures correctives, l'argument budgétaire – a fortiori en temps de crise – faisant office de «discours-écran» systématique.

Admettons que pour un militaire, mais aussi dans l'opinion générale, il semble que la sociologie s'intéresse surtout à ce qui ne va pas, ou pourrait ne pas aller. D'ailleurs, un sociologue n'enquête-t-il pas, que ce soit au moyen d'entretiens ou de questionnaires, comme le policier enquête après un délit ou un crime ? Cette science, qui cherche à dévoiler des mécanismes occultés par les discours, la présentation de soi voire l'affichage institutionnel, a tout pour être subversive et, potentiellement, elle l’est : a priori, elle cherche à savoir quelque chose qui n'est pas encore su !

C'est d'ailleurs justement cette finalité passionnante qui aiguise notre curiosité intellectuelle : en lisant le travail d'un sociologue, quelle prénotion va-t-il battre en brèche, quelle contre-intuition va-t-il mettre à jour et avec quelle habileté, quelle crédibilité ? Est-ce que je souscrirai à son analyse ? Que va-t-il me révéler ? La curiosité peut parfois se mêler à une certaine angoisse : celle de la remise en question, celle de l'érosion ou de la disparition de croyances profondes, de certitudes ancrées, peut-être même de principes inculqués, voire de confortables préjugés.

Mais pour l'honnête homme, nous conviendrons que la peur de savoir ne saurait l'emporter sur la nécessité de savoir. La sociologie, c'est parfois l'inconfort; BoltanskI dit même quelle doit «rendre la réalité inacceptable», signifiant par là qu'on ne doit pas «gober» tout état de fait avec fatalisme, mais chercher avant tout à le comprendre. C'est pourquoi le militaire doit se mettre à l'écoute du sociologue, tout comme il est déjà à l'écoute du géographe avant une projection extérieure. Être à l'écoute ne signifie évidemment en aucun cas singer bêtement, mais s'approprier intelligemment et utilement le résultat du travail d'autrui. Cela est d'autant plus facile que les branches de la sociologie ne cessent de se diversifier : la famille, l'éducation, l'organisation, le travail, la culture, le sexe, les classes populaires, la prison, jusqu'aux études culturelles (cultural studies) et aux études de genre (gender studies) en vogue actuellement aux États-Unis...

Certes, tous les domaines de la sociologie ne provoquent pas chez nous le même intérêt, mais cela est légitime : quel passionné de sciences a matériellement le temps de s'intéresser à toutes les branches sans exception de la physique ou de la biologie ?

Pour mieux comprendre ses chefs, ses subordonnés, ses pairs, mais aussi des événements, des processus, des attitudes et des comportements, les concepts sociologiques pertinents pour l'institution militaire ne manquent pas : la zone d'incertitude entre l'organigramme et les règlements d'une part, et la réalité de la pratique et des relations humaines au quotidien d'autre part, en sont des exemples.

Le concept de capital symbolique que peut détenir un militaire en est un autre : les insignes d'arme, les décorations, les régiments où l'on a servi, le nombre et la difficulté des opérations extérieures, le fait d'être de la «mêlée» ou du «soutien», sont autant d'indicateurs de prestige qui nous différencient, nous donnent un capital cumulatif de l'ordre du symbolique, qui légitime nos aspirations à tel poste ou à telle fonction, expliquent nos attitudes, influent sur notre langage. La socialisation du militaire enfin, par l'école puis par l'arme, qui débute dès qu'il revêt l'uniforme, est bien différente pour un OAEA et un Saint-Cyrien puis, dans la carrière, pour un chasseur parachutiste tireur d'élite et un maintenancier chaud et froid... Autant d'outils théoriques que les chercheurs civils ont développé dans un contexte non militaire qui sont autant d'outils à s'approprier pour mieux comprendre, et donc mieux vivre au sein de notre institution.

Quoi qu'il en soit, il n'y a rien à perdre à connaître ces notions et ces concepts, car, au pire, si certains d'entre eux ne sont pas pertinents pour décrire tel ou tel aspect d'une condition militaire décidément trop spécifique, ils nous permettront sans nul doute de comprendre d'autres aspects jusque-là négligés et, plus globalement, d'autres phénomènes de notre société, renforçant ainsi notre intelligence du monde et notre compréhension rassérénée des grands paradoxes, ce que certains appellent déjà la postmodernité...

Devant de telles potentialités encore offertes par la sociologie militaire, et si l'on est friand de polémique, on pourrait alors se poser la question de savoir si celle-ci doit être faite par des chercheurs universitaires (garantie de rigueur scientifique et d'objectivité) ou bien par les militaires eux-mêmes (meilleure connaissance du «terrain humain»), voire par les deux en coopération, mais ceci est déjà un autre débat...


Image
Image