Traitement en cours, merci de patienter...
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Image
Image
Saut de ligne
 
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Saut de ligne
Image
Image
Saut de ligne
Histoire et Stratégies

Image
Saut de ligne

Gouraud ou l’art de la «surprise»

Image

Par Madame JULIE d'ANDURAIN [1]

Image

Si la figure du «grand capitaine» peut s’incarner dans un homme, elle pourrait très certainement s’inspirer des traits d’Henri Gouraud (1867-1946) qui, plusieurs fois dans sa carrière, a su montrer combien il était capable non seulement d’adapter son action aux conditions du terrain, mais aussi de réunir les éléments nécessaires à la mise en place d’une tactique s’appuyant sur la surprise. La première fois, ce fut en 1898 en Afrique de l’Ouest – au Soudan français – face à l’almamy[2] Samory. Avec à peine 200 hommes et sans qu’aucun coup de feu ne soit tiré, le jeune capitaine Gouraud arrêtait Samory à la tête d’une troupe estimée à 50.000 personnes lors de la «surprise» de Guélémou.

Image
Image


Le Soudan français

Samory Touré fut regardé comme le «plus vieil ennemi» des Français durant près de vingt ans, de 1881 à 1898, année de sa capture. Né vers 1830 sur les bords de la rivière du Milo, dans la province de Konia dans la boucle du Niger, il s’était d’abord fait colporteur (dioula) en se déplaçant de village en village pour vendre ses marchandises. La capture de sa mère change durablement sa vie puisque, pour payer sa libération, il s’engage dans l’armée des Sisé, espérant ainsi très vite pouvoir ramener des captifs qu’il échangerait ensuite contre sa mère. Il se révèle rapidement comme un grand guerrier capable de rallier à lui des hommes avec lesquels il sait, mieux que d’autres, partager équitablement les prises. Ses titres successifs de chef de guerre (kélétigui), de maître du sabre (mouroutigui) et de souverain (faama) témoignent de son ascension rapide au sein des chefferies locales. Grâce au commerce de la noix de kola, mais aussi à celui des armes et des esclaves qui attire les sofas (guerriers), il se dote bientôt d’une armée très organisée et très disciplinée lui permettant tout à la fois de se débarrasser de ses anciens alliés (les Sisé et les Condé) et d’élargir son assise territoriale. Mais, en remontant vers le nord en direction de Bamako et du Niger, l’almamy Samory croise la route des Français qui, depuis leur base du Sénégal, avancent d’ouest en est;si bien qu’entre 1881 et 1896, Samory affronte périodiquement les colonnes françaises du colonel Borgnis Desbordes, celles du chef de bataillon Combes puis, successivement, celles des colonels Frey, Gallieni, Archinard, Humbert, Monteil et enfin du colonel de Trentinian.

Au début de 1896, la politique africaine de la France connaît une évolution significative sous l’impulsion du ministre des Colonies André Lebon, qui souhaite régler avec Salisbury, son homologue britannique, les «petits litiges africains». L’action diplomatique et militaire française devient dès lors plus offensive et, suite à l’échec d’une ultime tentative de paix avec l’almamy Samory (missions Braulot et Nebout), les officiers reçoivent l’ordre de se lancer à sa poursuite[3]. Après l’avoir isolé d’un allié potentiel en mai 1898 (mort de Babemba lors du sac de Sikasso), le lieutenant-gouverneur du Soudan, le colonel Audéoud, et ses lieutenants mettent au point un mouvement stratégique visant à encercler Samory. Les combats de Doué (19 juillet) et de Tiafesso (9 septembre) l’affaiblissent sans détruire sa puissance. Contre toute attente, Samory s’enfonce vers le sud en direction de la forêt vierge avec une troupe estimée à 4.000 sofas, 2.000 cavaliers et un groupe de captifs de plus de 100.000 individus[4]. Dans le même temps, succédant au lieutenant-colonel Bertin, le chef de bataillon de Lartigue prend le commandement de la Région sud (hinterland de la Côte d’Ivoire à la lisière de la grande forêt) avec un effectif très réduit. Il dispose de la 1ère compagnie de tirailleurs du lieutenant Woeffel réduite à 100 hommes, de la 3ème compagnie du capitaine Gaden avec 200 hommes et de la section d'artillerie du lieutenant Jacquin, troupes bientôt rejointes par un détachement de tirailleurs de la 15ème compagnie, soit 100 hommes supplémentaires, commandé par le capitaine Gouraud, jeune saint-cyrien de 30 ans, détaché auprès de l’état-major du Soudan depuis 1894.

De ces 400 fusils, Lartigue en soustrait 210 pour former la «reconnaissance Gouraud», qui reçoit ordre de partir sur la rive gauche du Diougou à la poursuite de Samory «partout où elle le rencontrera et de le rejeter de préférence vers le sud ou vers l’ouest»[5]. Le 24 septembre, celle-ci s’enfonce dans la grande forêt vierge. Bientôt, Gouraud et ses hommes comprennent que Samory ne protège pas ses arrières, estimant que la décomposition des cadavres des hommes et des femmes morts de faim ou d’épuisement suffira à faire reculer les Blancs. Mais en dépit des vapeurs méphitiques et contre l’avis du médecin de la colonne, Gouraud ordonne le maintien de la poursuite, ne serait-ce que pour recueillir des renseignements auprès des traînards ou des déserteurs de la troupe samorienne. À partir du 28 septembre, il apprend que le moral des sofas est très atteint, mais surtout obtient un plan du campement de Samory indiquant précisément où se trouve la dembayadu chef, c'est-à-dire l’assemblée de ses femmes, de ses fils et de ses captifs, dans le village de Guélémou. Ses informations ayant été recoupées par plusieurs témoignages, Gouraud pense qu’il détient les conditions idéales de la réalisation d’une «surprise», si caractéristique des combats soudanais de la fin du XIXème siècle. Outrepassant dès lors quelque peu la limite de ses ordres qui lui recommandaient simplement de repousser Samory vers le sud ou l’ouest, il se décide à tenter une capture du grand chef noir tout en évitant soigneusement un combat qui permettrait à l’almamy de fuir.
La «surprise» de Guélémou

Répartissant ses hommes en cinq sections, le capitaine Gouraud met au point un plan de bataille extrêmement précis. Afin de se prémunir d’une éventuelle tentative de fuite, Gouraud ordonne à la 1ère section du lieutenant Jacquin de prévoir d’aller occuper la sortie du campement, vers l’est, sur la route menant à Touba. La mission principale est confiée à la section du capitaine Gaden, qui doit se charger de la partie centrale du camp avec l’occupation de la case de Samory. Collégialement, les officiers ont décidé qu’il valait mieux laisser la vie sauve à l’almamy afin de ne pas créer les conditions de la naissance d’un mythe, et de façon à ne pas avoir à s’encombrer d’un cadavre prestigieux. Gouraud compte bénéficier de l’effet de surprise au petit matin, et recommande plusieurs fois à ses hommes de ne tirer qu’en cas d’absolue nécessité. Deux autres sections (la 3ème et la 4ème) sont placées en réserve sous les ordres du lieutenant Georges Mangin[6]. Il doit se tenir à l’entrée du village des femmes – du côté ouest du camp de Samory – et constituer un peloton capable de parer aux événements qui pourraient survenir. Enfin, la 5ème section est confiée au sergent Maire, chargé d’assurer la garde du convoi à l’arrière. Tous les tirailleurs reçoivent la défense formelle de tirer et nul n’ignore qu’il s’agit de prendre Samory vivant. Le 29 septembre 1898, quittant le bivouac à 5 heures, la troupe marche durant deux heures et débouche à 7 heures sur une vallée ouverte derrière laquelle un immense camp est installé. Au pas de course, la reconnaissance se précipite dans la vallée, passe deux marigots encaissés et s’aperçoit qu’elle se trouve déjà au village des femmes, installées à la préparation du «couscous» du matin.

Conformément au plan établi, les sections de tête s’élancent à l’intérieur du campement principal: Jacquin emmène sa section au pas de course à travers le camp tandis que Gaden le suit en direction de l’immense case centrale où l’almamy est en train de lire le Coran. Alerté par des cris, il se lève et aperçoit les tirailleurs. Aussitôt, sans prendre le temps de revenir vers sa case où se trouvent des fusils et un revolver, il s’enfuit du côté opposé, vers la route de Touba, tout en cherchant en vain à s’emparer d’un cheval. Quelques tirailleurs repèrent ce grand vieillard habillé de façon inhabituelle avec un grand vêtement bleu rayé de blanc et la tête couverte d’une chéchia rouge serrée d’un turban blanc. Convaincus d’avoir trouvé Samory et accompagnés du sergent Bratières, ils se jettent à sa poursuite au milieu du camp et des sofas armés. Le vieil homme est rattrapé pratiquement à la sortie du camp. Par un crochet, il échappe une première fois à un tirailleur arrivé sur lui mais, alors que le sergent Bratières le serre de plus en plus près en criant comme les tirailleurs «Ilo! Ilo! Samory!» («Halte, Halte Samory»), le vieillard – voyant un Blanc – se laisse tomber à terre. Le sergent le saisit au moment où Samory demande aux tirailleurs de le tuer immédiatement. Sur ces entrefaites, le lieutenant Jacquin se fait remettre le prisonnier au moment où, passée la stupeur initiale, les sofas sortent de leurs installations de fortune les armes à la main. Mais il est déjà trop tard. Jacquin ramène Samory à sa case et, pendant que le capitaine Gaden lui met le revolver sur la tempe, lui signalant que toute opposition serait vaine, Georges Mangin et le capitaine Gouraud arrivent près de la case de Samory. Placé aussitôt sous la garde spéciale de quatre tirailleurs, l’almamy se voit bientôt enfermé dans le carré formé autour de sa case.

Marquant l’achèvement de la pacification du Soudan français, la capture de Samory clôt définitivement l’ère des grandes conquêtes coloniales françaises. Elle permet à Gouraud d’entrer dans l’histoire comme l’un des héros de l’épopée coloniale française, pendant que Samory est envoyé en exil au Congo où il meurt en juin 1900. Si l’affaire de Fachoda, exactement contemporaine, éclipse cependant quelque peu la gloire naissante du jeune capitaine, Gouraud n’en a pas moins démontré sa capacité à exploiter le terrain et le renseignement pour mettre au point une tactique s’appuyant de façon significative sur la surprise. Vingt ans plus tard, le 15 juillet 1918, le général Gouraud, commandant de la IVème armée, allait une nouvelle fois faire de la surprise le cœur de son raisonnement tactique en l’adaptant, cette fois-ci, au front de Champagne afin d’imposer sa volonté au général Ludendorff.

[1] Agrégée et docteur en histoire

[2] Contraction de l’arabe al-imam, titre religieux.

[3]André Lebon, «La Politique de la France en Afrique 1896-1898, Mission Marchand, Niger, Madagascar», Paris, Plon, p. 86-87.

[4] Groupe qui s’avèrera inférieur de moitié lors de «l’inventaire du trésor de Samory».

[5] Ordre n°437 du 23 septembre 1898 dans Gouraud, «Souvenirs d'un Africain. Au Soudan», Paris, Pierre Tsiné, 1939, p. 195.

[6] Frère cadet de Charles Mangin, le général de la Grande Guerre.

Image